ElectroPop

Norvège mon Amour #3 : The Whitest Boy Alive

Ecrit par Fanch 18 juillet 2016
The Whitest Boy Alive

Nouvelle étape dans notre parcours initiatique norvégien. Aujourd’hui on avait envie de parler du groupe The Whitest Boy Alive. En réalité il s’agit d’un groupe formé à Berlin en 2003 notamment par la moitié des Kings Of Convenience, Erlend Øye, d’où l’affiliation norvégienne. Le projet était à la base beaucoup plus électro avant de rapidement retrouver le chemin des « vrais » instruments. De tout les différents sons de claviers/synthés résulte une sorte de pop électronique assez épurée. Ce qui n’empêche pas de conserver un certain groove avec des basses disco et des rythmiques de guitare funky. Le groupe signe 2 albums dans la même veine avec Dreams en 2006 et Rules en 2009, voici nos titres préférés :

 

Golden Cage


Tiré de Dreams (2006) ce premier morceau laisse la ligne de basse s’installer comme maîtresse à bord. Comme sur beaucoup de morceaux la batterie est laissée au second plan. La guitare elle est aussi à l’économie des notes avec un son clair et sans fioritures, alternant avec la voix atypique tantôt fragile d’Erlend Øye.

 

Intentions


Tiré de Rules (2009) ce deuxième morceau balance un groove exotique avec un clavier « smooth » syncopé appuyé par une ligne de basse posée et efficace. Se dégage comme une atmosphère de vacances qui donne sérieusement envie de ne rien faire !

 

The Whitest Boy Alive live Prague (2012)

Et pour finir voici un live du groupe à Prague, avec une tracklist courte mais efficace comme on les aime. Le groupe joue notamment son single phare 1517 ! Il fallait vraiment habiter une grotte pour y échapper, le titre était même une des pépites de la BO de FIFA 2010 (sisi nos amis du foot). Bref passons au live !

Tu devrais aussi aimer