PopTigresse

Noga Erez : M.I.A. dans le Tel Aviv de fin 2010

Ecrit par Kiwii 11 mars 2018

Cet article sera polymorphe. Cet article sera une lettre d’amour, une lettre d’excuses, ainsi qu’une rêveuse invitation à prendre le temps de regarder, non pas les fleurs, mais les solides arbres éclore. Dear Noga Erez,…

(English version available here)

Dear Noga Erez,…

C’est une lettre d’excuse, car cette introduction à Noga Erez aurait pû s’écrire il y 6 mois de celà déjà, tandis que la féline Pop-warrior déboulait pour la toute première fois sur les scènes europénnes. Une lettre d’amour ensuite, car on parle d’une solide visionnaire, morphant son activisme politique en hits aussi Pop que percutants de Techno beats. Enfin, cette lettre, c’est aussi le joli rêve que, malgré le facteur indiscutablement hype qu’on aime donner à la speed-itude globalisée de nos vies, on sache encore donner de l’oreille à une rising star au delà d’un one gig stand.

 

Joyau D’innovation

Pour commencer, Noga Erez est un joyau d’innovation à l’état pur. On pourrait être tenté de se dire « Pop, cause toujours », mais il n’existe pourtant aucune autre époque dans laquelle sa musique aurait pu exister. Et ce qui rend les choses vraiment magiques, c’est la magie avec laquelle Noga exploite cette contemporanéité, pour nous embarquer dans un voyage au plus profond de sa créativité.

Et l’artiste maîtrise à tous les niveaux, on va y revenir. Mais elle possède un talent certain pour propulser des combinaisons  de loops et de percussions des plus foutraquement solides ET déroutantes à la fois. Noga Erez tisse un fil complexe, qui nous harnache, et nous emporte comme on glisserait d’un simple toboggan. Ce genre de complexité orchestrée si magistralement que la dose d’effort qu’elle contient devient quasi imperceptible au commun des mortel. Et c’est bien à ça qu’on reconnaît un maestro.

La jeune artiste possède également un flow à rhabiller certains trappeurs américains pour l’hiver. Idée jeu de soirée: Essayer de prononcer le refrain de Dance While You Shoot (vidéo plus bas dans l’article). Prendre un shot à chaque échec. À commencer sobre absolument. Mais si vous ne vous sentez pas de taille, vous pouvez toujours garder vos fesses saines et sauves, et simplement observer Noga poser un sans faute sur le Black Friday de Kendrick Lamar : à mater ici.

Ah, au fait : on vous a mentionné que ses vidéoclips à perdre la tête sont co-produits by the lady herself ? Tout y passe, même un énorme chapître manga japonais dans Noisy.

 

Boucles Electroniques

Vous l’auriez compris, Noga Erez nous livre une Pop de combattante. Sa musique n’est pas pour les peureux. Une musique qui prend une résonance toute particulière en Israël, où elle vit. C’est du lourd de sens, du lourd de vécu.

Comme M.I.A qui a toujours mis en avant des convictions et des visions très appuyées (jusque dans son nom de scène, qui signifie Mising In Action), Noga Erez prend le micro pour nous dire quelque chose. Il faut écouter. Réécouter. Laisser infuser le message. Et se laisser porter par les boucles électroniques, toutes placées consciencieusement dans un même but : celui de créer une atmosphère unique.

 

Influences

Tandis que plongeant parfois dans une rythmique Trip Hop et des sonorités à la Erykah Badu comme dans Global Fear, Noga Erez nous déroute souvent plus à la limite d’un(e) SOPHIE. Sa production électronique la rapproche définitivement d’ambiances sonores qu’on retrouve dans en alternative R&B en ce moment (comme chez Sevdaliza ou Tsar B), avec cette touche supplémentaire d’extravagance penchant carrément vers Arca ou Björk.

Mais s’il on en revient à la construction, les chorégraphies, l’écriture et le flow extrêmement pesés, et cette superbe attitude fière, énergique et combative,… L’image de départ reste. La tableau de cette vision artistique rejoint en tout point celui d’une M.I.A. Noga Erez, c’est M.I.A dans le Tel Aviv de fin 2010.

 

Il y a de ça une petite poignée de mois, Noga Erez mettait au monde son premier chef d’oeuvre, le bien nommé album Off The Radar. Le premier signal. Elle sera très bientôt de retour sur nos terres, alors restez connectés à l’agenda de La Fessée !

 

Visitez le site de Noga Erez.

Noga Erez sur Facebook.

Tu devrais aussi aimer