Live Report

La Fessee musicale Live @ Supersonic

Ecrit par Ben 5 mai 2017
live-report-supersonic-thumb

Le 26 Avril dernier, nous avons décidé de prendre une tournure live et de vous montrer ce que nos fessées écrites représentaient en concert. On a donc décroché le téléphone et on appelé nos trois groupes préférés du moment. Découvertes ou redécouvertes, voici les 3 groupes qui vous ont fait danser au Supersonic : Moritz (soul funk), Morphine (Jazz groovy) et Fantastic Mister Zguy (Pop groovy).

Le début du voyage par Morphine

Morphine, c’est avant tout un voyage au pays de la poésie. Charmeuse et sensuelle, cette poésie est incarnée par leur magnifique chanteuse Lily qui nous envoûte avec sa voix de déesse et ses airs nonchalants. Autour, c’est que du propre. Guitares, batterie et basse sonnent l’appel du groove et de la pop jazzy pour un cocktail très rafraîchissant que l’on vous invite à suivre de près. D’ailleurs, si vous ne savez pas par où commencer, ils viennent de sortir leur deuxième titre Tropique Assassin. On continue le voyage ?

Une escale au pays des crevettes

Les gars de Fantastic Mister Zguy ont un penchant pour les crevettes. Et quand on leur demande, ils te répondent qu’une crevette c’est poétique et c’est beau même si difficile à décortiquer. On avait l’espoir qu’ils puissent se déguiser en crevettes pendant leur prestation. Ils ont finalement amené de la folie dans leur set beaucoup plus que dans leurs costumes. Pour le plaisir de nos oreilles. Sachez qu’ils viennent de sortir un nouveau son en prévision d’un EP :

Un atterrissage brut et intense avec Moritz

Boum ! Tout ça s’est terminé en beauté avec un beau mélange de soul et de funk. Ici Moritz. Musiciens jazz à la base, ils réussissent à s’en inspirer pour faire bouger les foules. On ne peut qu’être conquis de la voix et de la prestance de la chanteuse. Quand les cuivres s’en mêlent, je ne vous raconte pas ce que ça donne. Allez on vous donne un aperçu:

Pour tous ceux qui n’ont pas pu venir, voici nos belles photos de l’événement prises par notre cher Antoine (a.K.a Konafè) :

Tu devrais aussi aimer