Rap/Hip Hop

C15 : ode à la nouvelle Medellín

Ecrit par Maza 19 mars 2017
C15

irse

Attention, fessée exotique ! Medellín, 20h. Nous pénétrons dans un endroit étrange à l’extérieur délabré et à l’intérieur plus aseptisé qu’un hôpital. Les murs blancs portent quelques tableaux aux formes géométriques. Un son émane d’une porte au bout du couloir. Nous arrivons dans une petite salle. Quatre jeunes à l’allure sobrement gangsta sont sur scène. Ils s’appellent Juda, Chao, Jairo, Jeihhco et forment le groupe C15. Leur dernier album « Irse » (s’en aller) parle de leur vie, de leur quotidien, du quartier. Et ce quartier n’est pas n’importe lequel : c’est la Comuna 13.

La Comuna 13 : le droit d’avancer, le devoir de se rappeler

16833075_10212355568751491_765363177_o

Dans les années 2000, le treizième quartier de Medellín a subi de nombreux assauts de paramilitaires encouragés par le gouvernement d’Uribe pour massacrer les guérilleros. Malheureusement ce sont principalement les civils qui en ont fait les frais. La violence y a donc longtemps régné jusqu’à ce que progressivement le quartier se reconstruise et développe une véritable identité culturelle. Peu à peu, les murs de la banlieue se sont teintés de couleurs grâce aux graffeurs venus les habiller. Ainsi, c’est dans ce quartier où art et changement se mêlent en un nœud poétique donnant naissance à un rap mélodique et engagé. Ici les artistes ont tous le même but: représenter la nouvelle Medellín, celle qui est en paix, celle qui regorge d’espoir.

C15 : ode à la nouvelle Medellín

Le beatmaker mixe sur vinyles des vieux jazz dans Vandalos ou encore des discours de Salvador Allende en intro avec Desde el silencio. Le rap se fait énergique et les refrains chantants. En effet, en Amérique Latine toutes les musiques sont rythmées et le rap ne fait pas exception. Cependant, derrière les mélodies joyeuses se cachent de tristes anecdotes. Ainsi, on apprend que « Homenaje » rend hommage à Kolacho un des membres du groupe assassiné en 2009 qui porte désormais le nom de la maison de la culture qu’ils ont monté. C15 connait les aspérités de l’existence mais ne renonce pas à croire en sa beauté. Leur album est un appel criant à la vie, à la ville et à l’espoir.

Tu devrais aussi aimer