Interview

Bande à Part #5 : Douceur Club

Ecrit par Ben 25 janvier 2018
douceur-club-thumb

Après nous avoir présenté une partie de leur univers grâce à un Smooth Monday très personnalisé, essayons d’aller plus en profondeur dans la caresse auditive. Aujourd’hui nous vous présentons Douceur Club via une interview et une belle playlist.

En quelques mots Douceur Club ?

Tendresse digitale 7/7 – 24/24
Douceur et plus affinités.

Douceur Club, est ce que c’est plutôt la douceur du club ou le club de la douceur ?

La question piège ! Nous nʼavons pas le monopole de la douceur (#VGE) alors on va dire que cʼest plutôt la douceur du club que lʼon recherche. Comme dit le proverbe : la musique adoucit les mœurs. Si il y a bien une chose qui nʼa pas de frontières, cʼest la musique, et quand on voit dʼoù proviennent les écoutes des sons que lʼon met à disposition sur Soundcloud ça le confirme et ça nous fait chaud au cœur.

C’est quoi pour vous une fessée musicale ?
1 fessée pleine de douceur ?

Coquins…

1 fessée qui claque en club ?

Pour tout vous dire, quand on est en club et que lʼon entend certains sons on devient ingérables (rires). Comme si on était seuls dans le club et là tu peux te dire : les mecs ont pris de la drogue cʼest pas possible ! Voilà, cʼest ça notre vision de la fessée ! Du kif… légal.

Vous supportez SMLYKIO pour le LAB Festival. Pouvez vous nous en dire plus sur ce DJ ? Comment s’est fait votre rencontre ?

Ousmane, a.k.a. SMLYKIO est un jeune artiste français originaire de Paris. Fin digger depuis des années il a décidé il y a un an de passer derrière les platines. Il a alors intégré lʼécole DJ Network à Paris tout en se produisant en même temps dans différents bars de la capitale. Séduits par son style, on lui a demandé de participer à notre soirée de lancement le 22 mai 2017 au Batofar. À peine 1 an après ses débuts derrière les platines, le voilà maintenant sélectionné pour participer au LAB Festival au Panic Room à Paris ! Le reste est à écrire et on y travaille sérieusement.

Du coup Douceur Club, un blog/webzine qui s’en va vers le collectif ?

Cʼest un peu tout ça en fait. Étant encore à nos débuts on a décidé de ne pas se mettre dʼétiquette et de voir comment les choses évoluent. Cʼest dʼailleurs pour ça que sur Facebook on est un « club privé » et que bien évidemment tu peux nous trouver à une adresse… qui nʼexiste pas ! Un peu comme dans la vie et dans le travail on fait en sorte dʼêtre sérieux mais sans se prendre au sérieux. Et dans ce milieu cet état dʼesprit nʼest pas forcément légion !

Quels sont vos prochains projets ? On a vu que vous aviez mis en place un groupe Douceur Club Diggers, une plateforme d’échange de sons ?

Pour nos projets, comme avec les artistes, on avance au feeling, au coup de cœur. Dʼoù cette idée de groupe Facebook que lʼon a imaginé comme un repère de dénicheurs de pépites qui pourraient partager leurs coups de cœur à destination dʼun public attentif et curieux. Notre envie est de privilégier lʼexpérience live au digital, car tout simplement cʼest là que nous-même sommes les plus à lʼaise. Dans le vrai! La musique, elle doit se vivre, quʼimporte son style et justement cʼest là-dessus qu’on travaille, sur la définition dʼun nouveau concept de soirée. Mais là ça devient confidentiel… (Rires).
Ce quʼon peut vous dire cʼest quʼil y aura de la transpiration !

Un dernier mot ?

Merci à la team de la Fessée Musicale pour cette interview ! Il est pas trop tard pour vous souhaiter la bonne année ! Et pour commencer lʼannée en douceur on a concocté une petite surprise, une playlist tout en amour pour vos lecteurs et auditeurs.

Enjoy and welcome in da Club guys!

Tu devrais aussi aimer